Categories

Accueil > Les matières > FLE > Lisa

10 juin 2008

Lisa

Je m’appelle Lisa. J’ai 15 ans. Je viens du Bangladesh. Je suis arrivée en France il y a deux ans.
Le drapeau de mon pays est coloré en deux couleurs : le vert et le rouge.
Le nom de ma ville est Muzgunni et le nom de mon quartier est Khulna. Au Bangladesh, j’ai une maison bourgeoise. En face de ma maison il y a une grande cour, où nous jouions tous les jours l’après midi.
Au Bangladesh, nous mangions du riz avec de la viande, du poissonet des légumes.
Nous allions à l’école à 7:30 du matin. Nous prenions une pause à 9:30. Nous partions à midi et demie. Nous n’avions pas cours l’après midi. Nous aimions passer beaucoup de temps à l’école. J’avais trois tuteurs qui venaient chez moi pour m’enseigner différentes disciplines :l’anglais, les maths. Le troisième tuteur était spécialisé dans les matières scientifiques. Je faisais le reste de mon travail toute seule. Chacun d’entre eux restait pendant une heure et demie avec moi. Je travaillais beaucoup et n’avais pas trop de loisirs. J’ai bénéficié de ce travail avec les tuteurs chez moi parce que mes parents pouvaient me le payer. Pour les autres enfants, cela se passe différemment : ils vont chez les professeurs en groupe. Les personnes qui sont très riches peuvent avoir des tuteurs. C’est une affaire personnelle.
Au Bangladesh, nous avons bénéficié des festivals régionaux, dont nous ne pouvons pas jouir ici. Chaque religion a sa propre célébration, parce qu’il y a au Bangladesh, des musulmans, des hindous, des chrétiens, etc. . Comme je suis musulmane, le nom de mon festival est EID. Chaque année, nous célébrons 2 fois notre festival régional. Au debut de l’année et à la fin de l’année. Le nom du 1er festival est eid-ul-fitre, qui arrive au début de l’année. Avant de célébrer cette eid, on fait le ramadan pendant un mois. Le nom de la 2ème festival est eid-ul-azha.Il vient après 2 mois et 30 jours de la eid-ul-fitre. La spécialité de ce festival est le sacrifice des animaux comme les vaches et les moutons.
Je m’ennuie de mon pays. Je suis née à Paris et suis partie au Bangladesh à l’à¢ge de deux ans. Mon père, lui, est resté toujours là et j’ai dû revenir en France. Mais je ne regrette pas. Au Bangladesh, je pourrais avoir un avenir radieux. Je ne sais pas si je serais en mesure d’avoir un avenir radieux ou non ici, mais je suis en train de faire de mon mieux pour progresser.